Naviguer "Militaire"

Afficher 61-80 de 389 résultats
Article

Bataille de Passchendaele

La bataille de Passchendaele, aussi connue sous le nom de troisième bataille d’Ypres, a été livrée pendant la Première Guerre mondiale, du 31 juillet au 10 novembre 1917. Elle a eu lieu sur le saillant d’Ypres sur le front occidental, en Belgique, où les armées allemandes et alliées avaient été immobilisées depuis trois ans. Le 31 juillet, les Britanniques entreprennent une nouvelle offensive, tentant de briser les lignes allemandes en saisissant une crête près du village en ruines de Passchendaele. Le 26 octobre, après l’échec des troupes britanniques, australiennes et néozélandaises à l’attaque, le Corps canadien s’est engagé dans la bataille. Le 6 novembre, les Canadiens ont capturé la crête, malgré un pilonnage d’artillerie et une pluie abondante qui a transformé le champ de bataille en bourbier. Près de 16 000 Canadiens ont été tués ou blessés. La bataille de Passchendaele n’a eu aucun effet réel sur les efforts des Alliés, et est devenue un symbole des massacres insensés de la Première Guerre mondiale.

Article

Bataille de Plattsburgh

La bataille de Plattsburgh (parfois appelée bataille du lac Champlain) fut à la fois une bataille terrestre et navale, marquée par l'invasion du Nord de l'État de New York; elle fut également la dernière grande opération britannique de la guerre de 1812 (exception faite des batailles qui eurent lieu après la signature du Traité de Gand) et elle est surtout connue pour avoir été un véritable fiasco militaire.

Article

Bataille de Ridgeway

La bataille de Ridgeway (aussi connue sous le nom de bataille de Lime Ridge ou bataille de Limestone Ridge) a lieu le matin du 2 juin 1866, près du village de Ridgeway et de la commune de Fort Erie, au Canada-Ouest (l’actuel Ontario). Environ 850 soldats canadiens ont fait face à 750 à 800 fenians, des insurgés irlando-américains ayant franchi la rivière Niagara depuis Buffalo, dans l’État de New York. Il s’agit de la première bataille de l’ère industrielle ayant été menée exclusivement par des troupes canadiennes sous le commandement d’officiers canadiens. La bataille de Ridgeway est la dernière bataille ayant été menée sur le territoire de l’Ontario contre une force d’invasion étrangère. Son champ de bataille a été désigné site historique national en 1921.

Article

Bataille de Saint-Charles

Le matin du 25 novembre 1837, 2 jours après la défaite de Francis Gore à la bataille de Saint-Denis et sa retraite sur Sorel, les troupes du colonel Wetherall (environ 350 soldats) quittent Saint-Hilaire et se dirigent vers le camp du manoir Debartzch et les retranchements environnants au sud du village de Saint-Charles.

Article

Bataille de Saint-Denis

Deux détachements de l'armée viennent de Montréal pour attaquer Saint-Charles : l'un, sous le commandement du colonel Wetherall, prend la route du sud par Chambly, et l'autre, commandé par le lieutenant-colonel Francis GORE, prend la route du nord par Sorel.

Article

Bataille des Hauteurs-de-Queenston

La bataille des Hauteurs-de-Queenston se tient le 13 octobre 1812 durant la guerre de 1812. L’un des affrontements les plus célèbres de la guerre, la bataille des Hauteurs-de-Queenston est un combat pour prendre le contrôle d’une portion de l’escarpement du Niagara qui surplombe Queenston où plus de 1 000 soldats américains envahissent le Haut-Canada. Une partie des forces américaines atteint le sommet, encercle l’artillerie britannique et chasse les Anglais des hauteurs. Le général Isaac Brock, l’un des chefs militaires britanniques les plus respectés de l’époque, meurt durant la contre-attaque. Les chefs mohawks John Norton et John Brant ainsi que quelque 80 guerriers haudenosaunee et delaware empêchent les Américains d’avancer durant des heures, le temps que les renforts arrivent et que les Anglais puissent conserver cet avant-poste crucial.

Article

Bataille des plaines d’Abraham

La bataille des plaines d’Abraham (13septembre 1759), aussi appelée bataille de Québec, a été un moment charnière de laguerre de Sept Anset de l’histoire du Canada. Une force d’invasion britannique, menée par le généralJames Wolfe, a vaincu les troupes françaises dirigées par lemarquis de Montcalm, ce qui a mené à la reddition de laville de Québecaux Britanniques. Les deux commandants sont morts de blessures subies lors de la bataille. Les Français n’ont jamais repris la ville de Québec, et ils ont perdu le contrôle de laNouvelle-Franceen 1760. À la fin de la guerre, en 1763, la France a cédé un bon nombre de ses possessions coloniales aux Anglais, incluant le Canada.

(Ce texte est l’article complet sur la bataille des plaines d’Abraham. Si vous souhaitez en lire unrésumé en termes simples, veuillez consulter : Bataille des plaines d’Abraham (résumé en langage simple).)

Article

Bataille du Moulin-à-Vent

La bataille du Moulin-à-Vent (Battle of the Windmill) s’inscrit dans une série de raids menés à la frontière canadienne à l’été et l’automne 1838 par les Loges des chasseurs, une société secrète mise sur pied par des rebelles canadiens réfugiés dans le nord des États-Unis après l’échec des rébellions de 1837. Plusieurs milliers d’Américains joignent ce mouvement qui vise à pousser la Grande-Bretagne et les États-Unis à la guerre afin de libérer les provinces canadiennes de la tyrannie britannique. La bataille du Moulin-à-Vent se déroule du 12 au 16 novembre 1838 à proximité de Prescott, au Haut-Canada, et se solde par la défaite des envahisseurs américains. Un mois plus tard, la bataille de Windsor met fin aux incursions américaines et aux rébellions canadiennes.

Article

Bataille du Saint-Laurent

La bataille du Saint-Laurent s’inscrit dans le cadre de la plus importante bataille de l’Atlantique, soit la campagne allemande durant la Deuxième Guerre mondiale visant à perturber les convois se relayant de l’Amérique du Nord au Royaume-Uni. De 1942 à 1944, les sous-marins allemands (U-boots) font de multiples incursions dans les eaux du fleuve et du golfe du Saint-Laurent, faisant sombrer 23 navires et entraînant la perte de centaines de vies. Il s’agit des premières batailles navales dans les eaux intérieures du Canada depuis la Guerre de 1812.

Article

Billy Bishop Goes to War

Billy Bishop Goes to War est une comédie musicale écrite et interprétée par John MacLachlan Gray et Eric Peterson ayant pour sujet les exploits de l’as de l’aviation William Avery «Billy» Bishop pendant la Première Guerre mondiale. Depuis sa première en 1978, la pièce a été présentée un peu partout au Canada, aux États-Unis et en Europe. Elle demeure l’une des comédies musicales canadiennes les plus populaires qui soient.