Naviguer "Places"

Afficher 2121-2140 de 2239 résultats
Article

Val-Bélair

Le nom de Bélair provient de la seigneurie octroyée en 1682 à Guillaume Bonhomme par le gouverneur Joseph-Antoine Le Febvre de LA BARRE et l'intendant Jacques de MEULLES. Un recensement datant de 1733 la désigne comme le fief communément appelé Bélair ou Bonhomme.

Article

Val-d'Or

Val-d’Or (Québec), constitué en ville en 1968, population de 32 491 habitants (recensement de 2016), de 31 862 habitants (recensement de 2011). Val-d’Or est situé à 95 km au sud-est de Rouyn-Noranda dans la région de l’Abitibi-Témiscamingue, une région qui se trouve dans le nord-ouest du Québec. La ville est située près de la source de la rivière Harricana, l’une des principales rivières qui coulent au nord vers la baie James. Le nom de Val-d’Or est lié à la ruée vers l’or, qui est la deuxième en importance après celle du Klondike, et qui prend d’assaut la région au milieu des années 1930. (Voir Ruées vers l’or au Canada.)

Article

Val-Des-Monts

Val-des-Monts, municipalité du Qc; pop. 7842 (recens. 2001), 7231 (recens. 1996), 5551 (recens. 1991); superf. 435,57 km2; const. en 1975 à la suite d'une loi demandant sa fusion avec Wakefield-Partie-Est, Portland-Ouest et Perkins.

Article

Val-des-Sources (Asbestos)

Val-des-Sources (anciennement Asbestos), au Québec, constituée en tant que village en 1899 et en tant que ville en 1937, population de 6 786 habitants (recensement de 2016), de 7 096 habitants (recensement de 2011). La ville de Val-des-Sources est située dans la région des Cantons de l’Est, à 53 km au nord de Sherbrooke et à 58 km au sud-est de Drummondville. Initialement appelée Abestos, la ville a d’abord été nommée selon le terme anglais du minéral qui y a été extrait de 1881 à 2011. Pendant cette période, Asbestos a produit une grande partie de l’approvisionnement mondial en amiante, un produit maintenant interdit dans de nombreux pays en raison de ses effets néfastes pour la santé. Asbestos a été renommée Val-des-Sources en décembre 2020. La ville Val-des-Sources est située sur les terres ancestrales des Abénaquis. Ces terres sont non cédées et sont considérées comme étant un territoire autochtone.

Article

Valley East

Valley East, localité urbaine en Ont.; pop. 20 676 (recens. 2011), 19 655 (recens. 2006). Valley East est constituée en tant que ville en 1973, puis en 1998, mais fait désormais partie de la ville de GREATER SUDBURY.

Article

Valleyview

Valleyview, ville de l'Alb.; pop. 1725 (recens. 2006), 1856 (recens. 2001); const. en tant que village en 1954, puis en tant que ville en 1957. Valleyview est située à 105 km à l'est de GRANDE PRAIRIE.

Article

Vancouver

Vancouver, Colombie-Britannique, constituée en ville en 1886, population 631 486 (recensement 2016) et 603 502 (recensement 2011). Vancouver est la plus grande ville de la Colombie-Britannique et la troisième plus grande ville de la région métropolitaine de recensementdu Canada. Elle s'étend sur une péninsule dans la partie sud-ouest de la partie continentale de la province. Les deux voies navigables environnantes (la passe de Burrard et le détroit de Georgia) fournissent respectivement un admirable port de haute mer abrité, une voie d'accès commode sur le Pacifique, alors que le fleuve Fraser offre une route ouverte vers les riches terres agricoles des basses terres du fleuve Fraser et de l'intérieur. Les chemins de fer et les autoroutes donnent un accès facile à l’intérieur.

Éditorial

Vancouver en vedette : « Chinatown » émerge sur la vieille rue Dupont

En 1887, un journaliste de Vancouver remarque la concentration de résidences et de commerces chinois à l’extrémité sud de la rue Carrall, au niveau de la rue Dupont (aujourd'hui rue Pender), près des berges de False Creek. Le développement de « Chinatown », comme il baptise ce quartier, est récent, mais les Chinois font partie des pionniers de la première heure à Vancouver.

Article

Vancouver en vedette : Démolition de l’édifice Birks

Les chatoyantes briques blanches en terre cuite de l’édifice Birks éclairent le coin sud-est des rues Granville et Georgia à partir de 1913. À l’intérieur de l’immeuble, l’orfèvrerie, l’argenterie et des porcelaines fines étincelantes attirent les clients les plus exigeants et les plus aisés. La ville est donc abasourdie lorsque la famille Birks décide, en 1975, d’abattre l’impressionnant édifice.

Article

Vancouver en vedette : Des corps d’enfants découverts sous les feuilles

C’est en déblayant des feuilles qu’un jardinier de la commission des parcs tombe sur une veste en fourrure bon marché. En la relevant, il fait une macabre découverte : la veste recouvre les squelettes de deux jeunes enfants. L’affaire, baptisée « Babes in the Woods » (Des enfants dans les bois) par la presse, n’a jamais été résolue et fait partie des épisodes troublants de l’histoire de Vancouver.

Éditorial

Vancouver en vedette : Le Marine Building ouvre ses portes pendant les déboires de Wall St.

Vancouver n’a alors jamais vu chose pareille : un gratte-ciel en forme de gâteau de mariage avec des oies en vol, des poissons et des zeppelins suspendus au-dessus. Le Marine Building demeure un chef-d’œuvre de l’architecture Art Déco, mais c’est un désastre financier depuis l’ouverture de ses magnifiques portes ornées de dorures.

Éditorial

Vancouver en vedette : Un petit vagabond illumine la scène de l’Orpheum

Lorsqu’une troupe d’acteurs de music-hall britannique arrive à Vancouver en 1911, la star est un petit comédien acrobate qui va bientôt devenir l’un des personnages les plus connus du monde : Charlie Chaplin. Un autre acteur du groupe va lui aussi laisser sa marque dans l’histoire du divertissement. Arthur Stanley Jefferson deviendra en effet une star adulée après avoir changé son nom pour Stan Laurel et fait équipe à l’écran avec Oliver Hardy.

Éditorial

Vancouver en vedette : Une grotte exotique ouvre ses portes

Pour se divertir de manière un peu sophistiquée dans le Vancouver d’antan, il fallait aller « underground », dans une grotte où des stalactites tombent du plafond et des trésors de pirates luisent dans les coins faiblement éclairés. Pendant 44 ans, le Cave Supper Club (la « Cave ») accueille les artistes les plus réputés et les « showgirls » les plus jolies du monde. C’est un lieu à part, dans le discret Vancouver, où l’on peut aller passer une soirée de fin de semaine et assister à des représentations un peu hors-norme tout en sirotant des boissons exotiques.

Article

Vancouver en vedette: L’horloge Birks déménage au centre-ville

« Meet me at the Birks clock » (On se retrouve à l’horloge Birks!), c’est ainsi qu’on se donnait souvent rendez-vous à Vancouver, entre 1913 et 1974, avant l’arrivée des téléphones cellulaires. Mais l’horloge de l’édifice Birks voyage elle-même plus d’une fois. Elle commence sa carrière au coin des rues Granville et Hastings, puis déménage au coin des rues Granville et Georgia avant de revenir à son carrefour natal, mais de l’autre côté de la rue!